Même si Marcel Pagnol avait décidé de ne rien dire, déclarant « qu’il ne parlerait pas sur la tombe d’un ami », il nous était difficile de rester silencieux.

En effet, Pierre-André est arrivé sur la pointe des pieds, presque par défaut, sans doute parce que le navire CNA tanguait, malmené par une houle incessante et essuyant des grains successifs qui fragilisaient sa proue. En bon capitaine, il a su réorganiser le travail de tous les matelots et maintenir fermement la barre afin de modifier le cap, pour nous mener à bon port.

Au cours de ses 8 ans de présidence, il s’est engagé pleinement et sans retenue, avec tout le panache que nous lui connaissions. Il laissera une empreinte indélébile dans notre club grâce aux nombreuses actions qu’il mena avec générosité et bienveillance, telles que la gestion quotidienne du club, le développement de l’école de natation, la création des sections handisport et natation artistique, le conventionnement d’une section à horaires aménagés avec le lycée du Garros ou pour finir le stage de voile sur le lac de Thoux où il assurait l’intendance globale allant de la gestion des animations aquatiques jusqu’à la préparation des repas.

C’était un président au grand cœur, qui rassemblait et fédérerait en prenant soin des plus démunis.

Il aimait recevoir chez lui, pour des « soirées corvées », où il fallait générer toutes les cartes de nos adhérents, ou encore organiser la dernière réunion de l’année au « Biraga », façon auberge espagnole, éclairée par le ciel étoilé de juillet.

Mais, Pierre-André était également un homme de caractère et de conviction, qui n’hésitait pas à défendre chèrement ses positions.

Puis, après 8 ans de bons et loyaux services, notre président éclectique et attachant s’est retiré, discrètement et en toute simplicité, afin de retrouver les siens et de s’adonner à ses passions viscérales qui étaient la musique et la voile. La vie peut être terrible et décider parfois de se retirer sans sommation, mais tu garderas une place particulière dans nos cœurs et dans nos mémoires.

Adishatz PAB….